En 2015, notre Commune a pu bénéficier d’une aide financière de l’OFEN pour réaliser une pré-étude qui a confirmé la possibilité d’installer un réseau de chauffage à distance à Montreux. Cette installation devait approvisionner en chaleur une partie significative des immeubles du centre-ville. Fort de ce résultat encourageant, la Municipalité a émis un préavis à hauteur de CHF 120’000.- en 2016 afin d’étendre l’étude à la zone de Clarens.

Cinq ans plus tard, plus que jamais, la réalisation de ces projets serait bienvenue, tant pour des raisons économiques qu’environnementales. En effet, après une accalmie liée au COVID, le prix des énergies fossiles repart à la hausse et pourrait mettre à mal, à terme, le budget de nos ménages. Quant à l’impact environnemental, il est évident : le chauffage des immeubles émet un tiers du CO2 produit par toutes les activités humaines en Suisse.

Pourtant, les citoyens n’ont plus entendu parler de ces projets prometteurs, qui auraient dû prendre forme dès 2018. Je pose par conséquent aujourd’hui trois questions à la Municipalité, au vu de l’urgence économique et environnementale qui se profile :

–    Les résultats de ces pré-études sont-ils de nature à envisager la réalisation de ces réseaux de chauffage à distance avec des perspectives économiques et environnementales favorables ?

–    Dans l’affirmative, quel est le calendrier et les modalités pour réaliser ces travaux ?

–    Si un tel programme devait démarrer, dans un esprit de développement durable, est-ce que la solution de contracting évoquée dans le préavis émis en 2016 permet de créer des emplois dans notre région, voire de former des jeunes dans le domaine de l’énergie ?

Je remercie d’ores et déjà la Municipalité pour sa réponse circonstanciée

Olivier Mark, Conseiller communal PLR